Revitalisons les cours d’eau vaudois

Endigués, les cours d’eau sont contraints de s’écouler dans des chenaux rectilignes. Les berges consolidées et artificielles n’offrent aucun refuge aux poissons cherchant à s’abriter d’un prédateur ni de paroi meuble où les martins-pêcheurs et hirondelles de rivage peuvent creuser un nid.

A cause du manque de cordons boisés riverains, et donc d’ombrage, la température augmente inexorablement et favorise la maladie rénale proliférative (MRP) chez les truites et les ombles.

Les sédiments, bloqués par les barrages et autres ouvrages, ne sont plus transportés par le cours d’eau et ne forment plus les bancs de gravier sur lesquels fraient les truites. Le fond du lit, monotone et colmaté par le manque d’apport de nouveaux sédiments, n’offre plus d’habitat pour les gammares et autres petits crustacé qui nourrissent les poissons si prisés par les pêcheurs.

Les crues, parfois dévastatrices pour l’homme, sont nécessaires et bénéfiques à la nature. Cette « dynamique alluviale » remodèle les berges et les bancs de graviers, inonde les forêts alluviales et participe à la vie du cours d’eau. Sans le pouvoir régénérateurs des crues, les saules et les aulnes typiques des bords de rivières sont lentement mais sûrement remplacés par des hêtres, des chênes et autres essences typiques des forêts ayant atteint leur ultime stade d’évolution.

L’assèchement des bras morts, autrefois régulièrement alimentés par les rues et permettait de diffuser la force des crues et créaient de magnifiques milieux humides pour les amphibiens ont pour la plupart disparus.

Rien qu’une souche tombée dans le cours d’eau peut amener d’étonnants changements. Sous elle se formera une vasque profonde creusée par le courant et refuge idéal pour les poissons cherchant à se cacher de prédateurs.

Il existe ainsi beaucoup de mesures plus ou  moins faciles à mettre en place qui peuvent améliorer la qualité des cours d’eau et leur redonner vie. 

Un nouveau cadre légal met une priorité sur la revitalisation des cours d’eau

La nouvelle loi fédérale sur la protection des eaux (LEaux) entrée en vigueur le 1er janvier 2011 impose aux cantons de revitaliser 4000 kilomètres de cours d’eau dans le 80 prochaines années. Pour en savoir plus, cliquer ici.

Etude du WWF Vaud

Afin de contribuer à cet effort, le WWF Vaud a réalisé une étude visant à identifier des cours d’eau où des projets de revitalisations pourraient être entrepris avec le plus d’efficacité et de résultats. Cette étude a permis d’identifier une quarantaine de tronçons favorables. Le WWF Vaud va donc s’appuyer sur les conclusions de ce rapport pour mettre en œuvre des projets de revitalisation dans le canton.  

Revitalisation et protection contre les crues

La revitalisation est devenue complémentaire à la protection contre les crues. En effet, une rivière encastrée dans un canal étroit sur le long terme finit par éroder le fond de son lit et met en danger les digues. Cette animation, crée par l’Agence de l’eau Rhône Méditérranée Corse, illustre très bien la relation entre revitalisation et protection contre les crues. Les phénomènes qu’elle décrit s’applique aussi au contexte suisse :

Films français : www.eaurmc.fr/gemapi : redonner de l’espace aux rivières

Liens intéressants à consulter

Projets liés à l’eau (page introductive)

Lien vers le projet Riverwatch 

.hausformat | Webdesign, TYPO3, 3D Animation, Video, Game, Print